Messages

Que faire au jardin en automne?

Image
Chaque année, c'est la même chose: j'ai un pincement au coeur lorsque je dois "fermer" mon jardin en prévision de l'hiver. Je contemple les plantes à floraison automnale, qui sont encore belles et je ne peux m'empêcher de soupirer à l'idée que, bientôt, toute cette beauté et toute la verdure seront ensevelies sous une épaisse couche de neige...  Mais avant que la saison froide s'installe, il y a encore de belles journées ensoleillées où il fait bon passer du temps au jardin. Profitons-en donc pour y accomplir quelques tâches indispensables!  (Photo: Pixabay) Faire des boutures d'annuelles Vous avez déniché des géraniums des jardins absolument sublimes et vous aimeriez les garder? Rien de plus facile: il suffit d'en couper quelques tiges et de les piquer dans des petits pots remplis de terreau humide (mais non détrempé). Vous pourrez les conserver dans la maison. Un conseil: retirez toutes les fleurs et les boutons floraux des tiges que vous bou

Le calla, élégant et versatile

Image
En horticulture ornementale, on parle souvent des plantes à bulbes rustiques, comme les tulipes, narcisses, crocus et compagnie, mais relativement peu des végétaux à bulbes annuels. Ils sont pourtant d'une aide précieuse pour réaliser des potées fleuries ou des aménagements en pleine terre; le calla, dont je vais vous parler aujourd'hui, pousse y à partir de ce type de bulbes tendres.  Aussi appelé lis calla ou arum, le calla, qui n'a d'ailleurs rien d'un lis, souligne encore une fois l'importance du nom latin pour bien identifier une plante; dans ce cas-ci, il s'agit de Zantedeschia aethiopica . (Photo : Pixabay) Les callas, malgré ce qu'on pourrait croire en voyant leur nom latin, ne sont pas du tout des plantes indigènes d'Éthiopie; en fait, ils sont originaires d'Afrique du Sud, qui n'est pas vraiment dans la même région du continent africain... Mais bon, ce n'est pas la première plante à porter un nom mensonger! Il n'y a qu'à

Le laurier-rose, aussi beau en pot

Image
Vous aimez embellir votre intérieur avec de belles grandes plantes? Vous n'êtes pas seul(e)! De plus en plus de jardiniers amateurs cultivent des petits arbres comme des citronniers, des orangers ou des palmiers dans leur salon! Il faut dire que c'est très beau et que ça apporte beaucoup de style à une déco. De plus, ces végétaux peuvent passer l'été sur le patio ou la terrasse et y créer un bel aménagement. Bref, leur popularité est très compréhensible. J'ai choisi de vous parler aujourd'hui d'un arbuste qui est apprécié depuis longtemps pour la culture en pot: le laurier-rose ( Nerium oleander ). (Photo : Pixabay) Originaire du pourtour méditerranéen, le laurier-rose y est souvent utilisé pour former des haies libres ou planté en isolé au jardin. Il n'est évidemment pas assez robuste pour survivre à l'hiver au Québec; mais ce n'est pas une raison pour s'en passer, n'est-ce pas? Fort heureusement, il se cultive très bien en contenant, pourvu

L'érable du Japon, objet de ma convoitise

Image
Je vous parle aujourd'hui d'un arbuste que j'adorerais avoir chez moi; hélas, il y a trop d'arbres sur mon terrain, je n'ai pas la place pour en planter un! Oh, je pourrais peut-être lui trouver un petit trou quelque part mais ce ne serait pas lui rendre justice. L'érable du Japon ( Acer palmatum ) n'est pas fait pour être relégué au rang de figurant dans un aménagement, oh que non! Il mérite d'en être la vedette!  (Photo : Isabelle Frappier) Théoriquement, l'érable du Japon n'est pas un arbuste, mais un arbre, avec un tronc unique; dans son habitat naturel (Japon, Chine, Corée), il peut mesurer jusqu'à 8 mètres de haut! Mais, en horticulture ornementale, on l'utilise comme un arbuste, souvent comme élément structurant ou vedette dans une plate-bande, surtout en facade; en effet, il demeure assez petit chez nous (1 à 3 mètres). Toute la beauté de cette espèce réside dans son magnifique feuillage bien découpé. La forme des feuilles est ass

Mes mauvaises herbes préférées

Image
Je reviens aujourd'hui avec un second texte  consacré à ces plantes sauvages qui poussent chez nous sans y être invitées; mais, contrairement à   l'article  que j'ai déjà publié sur le sujet, j'aimerais cette fois adopter une approche un peu plus positive. Après tout, qu'est-ce qu'une mauvaise herbe?  En fait, certains végétaux que nous considérons comme des indésirables peuvent être très attrayants pour d'autres gens. Un journaliste horticole m'a déjà raconté que dans certaines régions du globe, des collectionneurs payaient le prix fort pour des plants de pissenlits, puisqu'il s'agit d'une espèce exotique pour eux. Et si certaines mauvaises herbes peuvent être une vraie plaie, comme le liseron qui se répand à la vitesse grand V et s'entortille autour des tiges des plantes que nous cultivons, il y en a des inoffensives qui peuvent même être très jolies.  Pour moi, une mauvaise herbe, c'est une plante qui pousse dans une de mes plates-

Les pigamons, tout en légèreté

Image
Comme vous le savez, j'adore découvrir de nouvelles plantes; ce n'est pas toujours le coup de foudre mais il arrive que des végétaux que je ne connaissais que de nom me séduisent au premier regard lorsque je les vois en vrai. C'est exactement ce qui s'est passé avec le pigamon ( Thalictrum ). Ou plutôt avec les pigamons, car il en existe quelques centaines d'espèces, toutes vivaces, dont plusieurs sont peuvent être cultivées au jardin. Celle que l'on trouve le plus fréquemment sur le marché, au Québec, est le pigamon à feuilles d'ancolie ( Thalictrum aquilegiifolium ).  (Photo : Pixabay) Le charme du pigamon réside en grande partie dans son allure aérienne; le feuillage est finement découpé, presque aérien et, chez le pigamon à feuilles d'ancolie, il arbore une jolie couleur bleu-vert. La floraison, qui se produit en juin et juillet, offre de jolies fleurs roses ou lilas, parfois blanches; leurs longues étamines leur donne un aspect de petits pompons re

Toute jolie, l'amsonie

Image
Dans la catégorie des "plantes super mignonnes que peu de gens connaissent", l'amsonie bleue ( Amsonia tabernaemontana ) fait très bonne figure. Je n'ai pas encore réussi à en dénicher un plant mais je vais continuer à faire des recherches pour en commander quelque part: il faut vraiment que je cultive cette belle vivace!  (Photo :  David J. Stang , Wikimedia Commons) Originaire d'Amérique du Nord, l'amsonie bleue est suffisamment rustique pour bien tolérer nos hivers québécois. Elle est robuste et résistante aux insectes et maladies; de plus, elle vit de nombreuses années, une qualité que j'apprécie grandement chez une vivace. Franchement, que peut-on demander de plus?  Grâce à son port arbustif et à son feuillage toujours sain composé de feuilles lancéolées, l'amsonie est décorative en tout temps. Mais, évidemment, la floraison qui se produit en juin constitue le clou du spectacle! Une multitude de fleurs d'un bleu clair en forme d'étoiles éc

L'étonnante immortelle

Image
Je craque souvent pour des floraisons ou des feuillages qui sortent de l'ordinaire; je ne suis certainement pas la seule, d'ailleurs! La plante que j'ai choisi de mettre en vedette aujourd'hui porte des fleurs qui ne peuvent que retenir notre attention tant elles présentent un aspect qu'on ne voit pas tous les jours; il s'agit de l'immortelle à bractées ( Xerochrysum bracteatum ). (Photo : Pixabay Cette plante annuelle originaire de l'Australie peut être utilisée en pot, en bordure ou en massif; elle est également très jolie dans une plate-bande, entourée de vivaces et d'autres annuelles. Les feuilles de cette immortelle sont longues, étroites et légèrement velues; elles poussent sur une tige droite et solide, rugueuse et velue elle aussi. Du début de l'été jusqu'aux gels, la plante se pare de magnifiques capitules composés de fleurs minuscules entourées de bractées colorées aux allures de pétales. Ces bractées donnent une texture de fleurs d

Bilan du jardin 2021

Image
Même si ma saison de jardinage n'est pas encore terminée, je peux d'ores et déjà faire le bilan de ce qu'elle a été cette année et, ma foi, je suis plutôt satisfaite! Même si la météo m'a donné des maux de tête par moments... Pivoine 'Karl Rosenfield' (Photo: Isabelle Frappier) Au Québec, nous avons eu du temps très sec du début de juin jusqu'à la fin d'août; cela a eu des conséquences sur le jardin, évidemment. D'abord, à la fin du printemps, on plante les nouvelles acquisitions, les bébés issus de la division des vivaces, on déplace certains végétaux, etc. C'est donc à ce moment que ces plantes ont le plus besoin d'eau! Il a fallu que je m'arme de mon boyau d'arrosage et que j'essaie, tant bien que mal, de leur en fournir suffisamment pour qu'ils aient la chance de bien s'enraciner. Heureusement, mon homme et une de mes filles m'ont donné un coup de main... Ensuite, de telles conditions de sécheresse causent un stres